Le diagnostic du kyste pilonidal

diagnostic kyste pilonidal

Le sinus pilonidal est une pathologie facilement reconnaissable : les individus qui en sont atteints ressentent un inconfort au niveau du sillon interfessier, voire des douleurs importantes. Ces sensations désagréables sont facilement perceptibles, mais il est généralement nécessaire d’établir un diagnostic médical pour déterminer si elles sont liées à un kyste pilonidal.

Si aucun abcès n’est présent, nul besoin de vous rendre aux urgences : une simple consultation chez un médecin permettra de diagnostiquer le kyste pilonidal. Votre généraliste pourra ensuite vous diriger vers un autre service de santé pour approuver son constat et traiter le fistule.

Le diagnostic du kyste pilonidal chez un médecin généraliste

Bon nombre de patients atteints de pathologies comme le kyste pilonidal refusent de consulter. La honte a malheureusement tendance à primer sur la santé. Bien qu’il soit généralement bénin, le sinus pilonidal peut en effet s’infecter et engendrer une longue convalescence. Pour éviter toute complication, un rendez-vous doit être pris chez un médecin généraliste dès que les premiers symptômes sont ressentis.

table de médecin
Table médicale servant au diagnostic du kyste pilonidal

Déroulement de la consultation

Dans un premier temps, vous devrez expliquer ce que vous ressentez. N’hésitez pas à détailler l’ensemble de vos sensations pour améliorer l’efficacité du diagnostic et trouver le traitement adapté. Si l’apparition des premiers signes a eu lieu à la suite d’un événement particulier (accident, compétition sportive…), précisez-le également.

En effet, le professionnel de santé doit être en mesure de différencier un sinus pilonidal d’une fracture du coccyx, d’un problème articulaire ou osseux. Cependant, en règle générale, le kyste pilonidal résulte d’un réseau fistuleux qui s’est établi sur plusieurs semaines. Paradoxalement, l’infection peut survenir soudainement.

Par ailleurs, si vous possédez des facteurs de risque (tabac, pilosité importante, antécédents familiaux…), il faut en informer votre médecin. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces facteurs en consultant l’article sur les causes du kyste pilonidal.

Après avoir recueilli vos principaux sensations, le médecin procédera à un examen de la zone infessière. Vous devrez vous installer sur une table médicale pour mettre en évidence les fossettes caractéristiques du kyste pilonidal.

Il y a de grandes chances pour que votre docteur réalise une palpation du sillon interfessier à la recherche d’une grosseur anormale. Cela lui permettra également de s’assurer que vos douleurs proviennent bien d’un réseau purulent.

Le kyste sacro-coccygien, lorsqu’il est suffisamment imposant pour être touché, est généralement dur et ferme. Pour préciser son diagnostic du kyste pilonidal, le médecin pourra donc appuyer dessus. N’hésitez pas à lui donner votre ressenti au fil de ses manipulations : une trop forte pression extérieure sur un nodule kystique peut entraîner une inflammation !

Que faire si mon kyste est infecté ?

Si vous présentez des signes d’infection et qu’un abcès est présent, votre généraliste pourra intervenir immédiatement après son analyse médicale, de manière à soulager vos douleurs. Cette façon de procéder dépend en grande partie de l’étendue de votre sinus pilonidal infecté, ainsi que de son accessibilité. En effet, les abcès de surface pourront être percés, tandis que les cavités sous-cutanées purulentes plus profondes pourront nécessiter une ablation par un chirurgien.

Dans la mesure du possible, le médecin essaiera de percer le kyste avec ses mains. Si des résidus pileux sont présents, il pourra les extraire à l’aide d’une pince à épiler. Vos douleurs seront estompées dès que le pus aura quitté la cavité. Ensuite, une désinfection aura lieu pour éviter tous risques de récidive.

Une simple intervention comme celle-ci suffit à soigner les patients ayant un petit kyste pilonidal. Toutefois, si la pathologie est de grande ampleur, percer et vider l’abcès sera une mauvaise idée. Effectivement, une cavité peut se former. Celle-ci sera vide, devenant une source de foyers infectieux pouvant mener à la formation d’un trajet fistuleux.

Votre médecin vous a diagnostiqué un kyste pilonidal

À la fin de l’examen médical, votre généraliste sera en mesure d’établir une conclusion. Si vous êtes finalement atteint d’un sinus pilonidal, alors des traitements pourront mis en place pour améliorer votre santé.

Chaque kyste est différent, c’est pourquoi les soins ne seront pas les mêmes pour tous les individus. Parfois, le professionnel de santé prendra la décision de ne pas retirer le nodule. C’est souvent le cas lorsqu’il est de petite taille ou qu’il n’incommode pas le patient. Dans cette situation, le traitement par antibiotique pourra s’avérer efficace.

Cependant, dans le cas où l’inconfort est pesant ou que le kyste présente un risque d’infection, d’autres solutions pourront être envisagées par le médecin à la suite de son diagnostic du kyste pilonidal. Généralement, il vous dirigera vers un radiologue pour analyser le sillon interfessier au sein d’une clinique spécialisée. Ce dernier décidera ensuite s’il est nécessaire d’opérer.

kyste pilonidal échographie
Échographie d’un kyste pilonidal

 

La grande majorité des traitements chirurgicaux utilisent une technique d’excision qui entraîne une longue convalescence. C’est certainement ce type d’intervention chirurgicale que votre médecin vous recommandera d’effectuer. Néanmoins, il est désormais possible de réaliser une opération par sonde laser. Celle-ci est pratique car elle n’handicape pas le patient, mais elle présente de hauts risques de récidive.

Votre médecin ne vous a pas diagnostiqué de kyste pilonidal

Si, après la consultation, votre médecin écarte l’hypothèse d’un kyste pilonidal, alors il s’agit d’une bonne nouvelle. Vous n’aurez pas à endurer une convalescence parfois longue et douloureuse. Toutefois, il est possible que ce que vous ressentez est lié à une autre pathologie.

Il existe une multitude de maux qui déclenchent des douleurs dans la région coccygienne : la lombalgie, la fracture du coccyx, les hémorroïdes… À la suite de l’examen clinique, vous serez en mesure d’obtenir un verdict précis sur votre état de santé.

Si le kyste pilonidal n’est pas avéré ou est peu volumineux, le médecin pourra vous proposer d’attendre une semaine pour voir si la douleur s’estompe. Souvent, l’inconfort sera de courte durée et aucune intervention ne sera nécessaire. Néanmoins, si vous possédez des facteurs favorisants ou des antécédents, il peut être judicieux de prévenir l’apparition d’une anomalie kystique.

Les personnes au mode de vie plutôt sédentaire (travail assis au bureau etc…) multiplient par 2 le risque de développer un kyste sacro-coccygien. Pour anticiper d’éventuels problèmes de santé, l’utilisation d’un coussin orthopédique est une bonne solution.

Celui ci-dessous a été conçu de façon à supprimer les contraintes de la zone interfessière, réduisant ainsi les risques de kyste liés à la compression. Certains patients à la pilosité prononcée pourront également prévenir la formation d’une accumulation purulente en utilisant un tel coussin au travail ou à la maison.

solution kyste pilonidal

Voir le coussin orthopédique
 

Les médecins généralistes sont peu formés sur les moyens de prévention. C’est pourquoi peu d’entre eux prescrivent un coussin à décharge coccygienne aux patients présentant des prédispositions. Pourtant, ce support d’assise est reconnu scientifiquement pour son efficacité et ses bienfaits (voir le coussin orthopédique).

Si vous vous êtes fait opérer d’un kyste pilonidal, il est d’ailleurs possible de demander un remboursement intégral du coussin orthopédique. Pour cela, il faudra vous rendre chez votre médecin traitant pour effectuer un diagnostic post-opératoire.

Conclusion

Pour diagnostiquer un kyste pilonidal, il suffit de vous rendre chez votre généraliste. Cette pathologie est malheureusement fréquente et il n’aura aucun mal à faire un examen médical fiable. Il devra probablement constater la présence des fossettes (orifices) et palper le sillon interfessier. C’est un moment particulièrement désagréable qui est néanmoins nécessaire pour traiter les douleurs et éviter les complications.

L’auscultation ne dure que quelques minutes. Si un abcès est présent, le médecin pourra prendre la décision de le percer directement. Il ne s’agit néanmoins que d’un cas rare. La plupart du temps, vous devrez prendre un rendez-vous pour réaliser une échographie. Le radiologue examinera les images et décidera s’il est nécessaire d’opérer.

Partager sur :

Cet article a 2 commentaires

  1. Xavier

    Bonjour,
    Les deux fossettes peuvent elles être liées à une autre pathologie ?
    Bien cordialement.

    1. Julien

      Bonjour,
      Généralement, les fossettes pilonidales sont vraiment des éléments caractéristiques du kyste. Par contre, il est possible que ces fossettes aient une origine cutanée (pores dilatés, ou autres pathologies). Consultez votre médecin généraliste si vous avez toujours des doutes.
      Cordialement.

Laisser un commentaire