Opération du kyste pilonidal : les étapes de la cicatrisation

cicatrisation kyste pilonidal

Après une opération du kyste pilonidal, une longue convalescence est souvent nécessaire pour permettre la cicatrisation complète de la plaie. En effet, le chirurgien a formé une cavité en éliminant les tissus cutanés pathologiques. Les chairs à vif vont donc suivre un processus cicatriciel pour que l’épiderme puisse se reconstituer. Celui-ci est caractérisé par plusieurs étapes qui possèdent toutes des caractéristiques différentes.

La détersion, première étape pour une bonne cicatrisation

Dès que les chairs profondes entrent au contact avec l’air extérieur, le processus de cicatrisation se met en place. L’étape de détersion, aussi appelée phase inflammatoire, correspond aux gonflements, rougeurs, démangeaisons, brûlures et douleurs que l’on peut constater dès que l’acte chirurgical est terminé.

En fait, les vaisseaux sanguins se dilatent pour permettre au sang d’acheminer suffisamment de défenses immunitaires vers la zone endommagée. Au cours de cette phase de cicatrisation, les tissus nécrosés sont aussi éliminés et les écoulements sanguins sont limités sous l’action des plaquettes.

Toutes ces actions microscopiques permettent de préparer la plaie du kyste pilonidal à la prochaine étape de la cicatrisation qui est le bourgeonnement. Elles sont également responsables des signes physiques que présente le patient :

  • La fibrine : il s’agit d’une protéine sanguine qui permet de limiter les saignements de la plaie du kyste pilonidal. Elle est souvent de couleur jaune ou blanche et possède un aspect pâteux. Même si elle est utile pendant les premiers jours post-opératoires, il est nécessaire qu’elle soit éliminée progressivement par l’organisme pour permettre aux tissus sains de respirer.
  • Les chairs inertes : souvent de couleur noire, on peut les repérer grâce à leur allure solide. Elles vont ensuite disparaître comme de simples croûtes.
  • Le sang rouge vif : quand le chirurgien a effectué l’ablation du sinus pilonidal, il a mis au contact de l’air des tissus organiques qui se situaient dans un milieu stérile. En réaction à cette agression extérieure, les vaisseaux sanguins endommagés ont libéré du plasma qui a rendu la plaie rouge vif sous l’effet de la coagulation.

Combien de temps dure la phase de détersion ?

Généralement, la première étape de cicatrisation, nommée détersion, ne dure que 3 ou 4 jours. Cependant, plusieurs facteurs peuvent faire varier cette durée. La taille de plaie peut effectivement retarder la cicatrisation et prolonger la phase de détersion.

L’âge, l’alimentation, le tabac, l’alcool et les capacités de l’organisme de chaque patient peuvent aussi allonger la durée de cicatrisation et retarder la guérison. Cependant, cette étape cicatricielle n’excède jamais une semaine.

Le bourgeonnement de la plaie après une opération du kyste pilonidal : seconde étape de cicatrisation

Après une première phase transitive, la plaie peut passer au bourgeonnement. Il s’agit d’une étape très importante dans la cicatrisation d’une plaie de kyste pilonidal. Effectivement, elle permet d’amorcer la reconstitution de l’épiderme.

Sur le plan physique, le bourgeonnement se traduit par la formation d’un tissu de granulation. En fait, des cellules appelées fibroblastes vont former des bourgeons que l’on peut reconnaître à leur aspect granuleux.

Toute la plaie du kyste pilonidal, de son fond à ses berges, va être couverte de fibroblastes. À la fin du bourgeonnement, la totalité de la plaie sera couverte de ces cellules qui vont servir de support à la formation de nouveaux tissus épidermiques. La couleur de la plaie, quant à elle, restera rouge vif comme au début de la cicatrisation, mais sera légèrement plus claire en raison des fibroblastes.

De plus, au cours du bourgeonnement cicatriciel, la plaie sera exsudative. C’est-à-dire que des saignements et des écoulements purulents pourront survenir. Néanmoins, ceux-ci s’atténueront au fur et à mesure de l’avancée de la cicatrisation. Si toutefois ce n’est pas le cas, il est recommandé d’utiliser des mèches hydrofibres pour absorber les sécrétions et accélérer la cicatrisation.

Voir les mèches hydrofibres sur Amazon

Combien de temps dure le bourgeonnement de la plaie du kyste pilonidal ?

Contrairement à la détersion, la phase de bourgeonnement représente une grande partie de la cicatrisation de la plaie du kyste pilonidal. Souvent, elle débute au bout de 4 jours et se termine 3 semaines plus tard.

Cependant, tous les patients ne possèdent pas les mêmes capacités à cicatriser et la phase de bourgeonnement peut durer jusqu’à 1 mois et demi après l’opération chirurgicale du kyste pilonidal. La qualité des soins infirmiers reçus quotidiennement a aussi une grande influence sur l’évolution de la cicatrisation.

Pour savoir si le bourgeonnement est terminé, il faut analyser la plaie et vérifier son état. Normalement, à la fin de cette étape de cicatrisation, elle doit être moins colorée et les bourgeons doivent avoir disparu.

Que faire si ma plaie est atrophique ?

Certaines personnes opérées d’un kyste sacro-coccygien présentent un retard de cicatrisation. Souvent, celui-ci se manifeste durant la phase de bourgeonnement. En effet, il n’est pas rare de constater des plaies fibrineuses (souvent dures et violacées) que l’on appelle des plaies atrophiques.

La présence de fibrine est très contraignante car elle retarde la cicatrisation et empêche les tissus de passer à l’étape suivante dans le processus de cicatrisation. Certains patients subissent donc une pause cicatricielle due à l’état atrophique des tissus cutanés.

Pour remédier à ce problème, il faut nourrir la plaie abondamment et effectuer des nettoyages réguliers. Sous la douche, par exemple, le rinçage à l’eau claire peut accélérer le bourgeonnement et faire disparaître les fibrines. Les pansements au miel, connus pour être nutritifs, peuvent aussi être très intéressants pour favoriser la cicatrisation.

VOIR L’ARTICLE COMPLET SUR LES PANSEMENTS AU MIEL

Que faire si ma plaie est hypertrophique ?

Le bourgeonnement hypertrophique peut, lui aussi, retarder la cicatrisation. Il correspond à un trop grand nombre de fibroblastes qui rendent la plaie du kyste pilonidal molle et fragile. Dans cette situation, l’idéal est de réaliser des cataplasmes d’argile verte pour cicatriser rapidement.

Effectivement, cette matière naturellement riche en minéraux a la capacité d’absorber les déchets organiques. Ainsi, le surplus de fibroblastes et d’exsudats à la surface de la plaie hypertrophique sera éliminé et la cicatrisation pourra se poursuivre.

VOIR L’ARTICLE SUR L’UTILISATION DE L’ARGILE VERTE

L’épidermisation de la plaie du sinus pilonidal : avant-dernière étape avant la guérison

La phase de régénération, couramment appelée épidermisation, débute quand la plaie est entièrement recouverte de bourgeons. Dans le cas d’une opération du kyste pilonidal, la prolifération des bourgeons s’effectue depuis le fond de la plaie vers les berges.

Au cours de cette phase cicatricielle, la peau va se reconstruire sous l’action des kératinocytes. Les points d’ancrage du futur épiderme seront visibles au niveau du puits de la plaie, mais aussi sur les berges.

Progressivement, la taille de la cavité va diminuer et une fine pellicule organique de la même couleur que la peau se formera : il s’agit de la cicatrice primaire composée de fibres de collagène.

épidermisation kyste pilonidal cicatrisation
Plaie en fin d’épidermisation

 

Cette étape de la cicatrisation post-opératoire du kyste pilonidal est souvent contraignante car les patients doivent éviter tout mouvement susceptible de rompre la cicatrice primaire, qui a pris du temps à se construire. Pour diminuer les risques de réouverture et d’infection, il est recommandé d’utiliser un coussin à décharge coccygienne.

Ce type de support permet d’éliminer toutes les contraintes que l’assise fait subir à la plaie. Ainsi, il est possible de s’asseoir sereinement sans mettre en péril le processus cicatriciel et risquer une nouvelle lésion.

coussin cicatrisation kyste pilonidal

Voir le coussin orthopédique
 

Combien de temps dure la phase d’épidermisation ?

L’épidermisation de la plaie du kyste pilonidal est l’une des étapes les plus longues de la cicatrisation. En effet, les nouvelles chairs ne se forment pas du jour au lendemain. En règle générale, cette phase de régénération dure entre 4 et 6 semaines, de manière à ce que la plaie devienne superficielle.

Selon le mode de vie des patients, cette durée peut fluctuer. Elle peut être plus courte si le patient est en bonne santé et pratique du sport, ou plus longue s’il n’a pas un métabolisme efficace ou s’il fume. Il est donc impossible de déterminer avec exactitude la durée de l’épidermisation. Néanmoins, il est rare qu’elle excède 2 mois.

Le remodelage de la cicatrice du kyste pilonidal : dernière étape avant la cicatrisation complète

La fine cicatrice qui s’est formée pendant l’épidermisation doit désormais se solidifier. Au fil des jours, elle va gagner en souplesse et en épaisseur. Elle deviendra plus résistante et sera moins susceptible de se fendre. Néanmoins, même plusieurs mois après l’opération du kyste sacro-coccygien, le patient doit être prudent dans ses mouvements pour éviter d’ouvrir la plaie et de retarder la cicatrisation.

À mesure que la cicatrice se renforce, sa couleur devient plus claire et tend à se confondre avec la peau environnante. Également, la liaison entre l’épiderme et le derme (l’épiderme et le derme, c’est quoi ?) devient plus ferme sous l’effet des tissus conjonctifs.

remodelage cicatriciel kyste pilonidal cicatrisation
Cicatrice définitive après remodelage cicatriciel

Combien de temps dure le remodelage de la cicatrice du kyste pilonidal ?

Le processus de remodelage cicatriciel est généralement très long. Il dure entre 6 mois et 1 an mais, fort heureusement, le patient ne s’aperçoit pas que sa cicatrisation n’est pas terminée. En effet, au bout de quelques semaines de remodelage, la cicatrisation n’est plus douloureuse et la plaie du sinus pilonidal est totalement fermée.

La cicatrice définitive, formée à la suite du long processus de guérison, possède les mêmes propriétés que la peau du pli interfessier : souplesse, épaisseur, douceur… Elle est toutefois plus fragile. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’attendre 6 mois avant de reprendre une activité sportive sollicitant la zone opérée (vélo, sports d’appuis, sport de combat, sports de frottements…).

VOIR L’ARTICLE SUR LES SUITES DE LA CONVALESCENCE

Kyste pilonidal : conclusion sur les étapes de la cicatrisation dirigée

Après une opération du kyste pilonidal, un long processus de cicatrisation est nécessaire pour guérir la plaie et retrouver une vie normale. Celui-ci se décompose en plusieurs étapes qui jouent chacune un rôle majeur dans la formation d’une cicatrice définitive.

Chaque phase cicatricielle possède des caractéristiques qui lui sont propres (durée, douleurs engendrées, rôle sur l’état de la plaie). Toute cicatrice solide est le résultat de la totalité de ces étapes. Elles sont indispensables et doivent être favorisées par des soins infirmiers récurrents pour permettre une cicatrisation rapide.

VOIR LES DERNIÈRES INNOVATIONS POUR FACILITER LA CICATRISATION

Partager sur :
Laisser un commentaire